En 2019, l’accord signé par toutes les OS représentatives nous laissait entrevoir des améliorations.

En 2023, la CFTC SG solidifie son approche, par des propositions concrètes qui complètent le précédent accord et ouvre le champs des possibles pour une égalité professionnelle pleinement réalisée.

Certes, en matière de négociation l’accord parfait n’existe pas, mais notre position constructive a porté ses fruits puisque la Direction a entendu et acté certaines de nos demandes et a également pris de véritables engagements.

Nous vous partageons donc les avancées obtenues, qui nous ont permis d’être signataire de l’accord Egalité professionnelle 2023, ainsi que les demandes que nous continuerons à défendre.

Rémunération

Une nouvelle méthode de comparaison des écarts de rémunération entre les Femmes et les Hommes, qui utilise la moyenne des salaires plutôt que les médianes et qui se base sur la rémunération globale sera dorénavant appliquée. Elle permettra ainsi de mettre en évidence les écarts réels de manière plus favorable.

La CFTC SG a demandé que lors d’un écart constaté, il soit entièrement comblé sans limitation à un rattrapage partiel. La Direction s’est engagée à combler intégralement cet écart en une ou deux fois si nécessaire.

La CFTC SG ne souhaitait pas que la résorption des écarts de rémunération soit limitée par un budget spécifique (3,5 millions d’euros pour 2023). La Direction le maintient, mais fera preuve de souplesse.

La CFTC SG a demandé la mise en place d’un salaire minimum de référence (RAGB) de 30 000 euros car une majorité de femmes est concernée par une rémunération inférieure à ce seuil. La Direction ne souhaite pas intégrer notre demande dans cet accord qui sera étudiée lors des négociations annuelles obligatoires (NAO) => Ce serait une première et ouvrirait la voie sur les évolutions à venir notamment dans le secteur bancaire.

La CFTC SG a insisté pour que les écarts des parts